Le métier de la boulange ne s’arrête pas à acheter une farine. Qui pourrait se dire assez professionnel pour déterminer la qualité d’une farine en la regardant, en la sentant ou en la touchant. Le boulanger saura très rapidement au pétrin, si la farine qu’il a achetée, lui permettra d’obtenir un bon pain.

En fait ce que recherche le boulanger, c’est la capture d’une clientèle et la fidéliser. Attirer le chaland, n’est possible qu’avec un produit agréable à l’œil. Acheter du pain n’est pas un acte anodin. Elément incontournable d’une bonne table, le pain doit donner une envie ; celle de le manger.

Dans l’ensemble des paramètres du pain, les cinq sens sont en éveil ; avec en sus, le comportement dans le temps. Il ne peut y avoir « un » pain de référence, mais un pain qui rend le service qu’on lui demande de rendre pour assurer la contrevaleur de son achat.

Quel que soit le pays, quel que soient les us et coutumes, le pain est un élément incontournable des bonnes tables. Malheureusement, le pain est un élément cher. Le boulanger le sait et va faire le nécessaire pour tirer le meilleur rendement de son matériel, de son savoir-faire et de la farine qu’il va travailler.

La CFIA est présente pour aider le boulanger à travailler un produit instable dans le temps, de qualité souvent inégale d’un jour à l’autre, et dont il faut sortir la quintessence pour offrir l’envie d’acheter.

Au pétrin, en mélange avec la levure, l’eau et le sel, le boulanger obtient une masse qui n’est autre que l’addition de ces ingrédients. Ajouter un améliorant au pétrin permet d’augmenter de manière sensible l’hydratation des pâtons, par l’absorption d’un supplément d’eau par la farine, tout en conservant l’effet de la levure.

L’améliorant doit être synchronisé avec les temps de fermentation d’une région donnée. Il vient en complément des levures pour apporter au repos ou en chambre de pousse, le gonflement optimum des pâtons avant enfournement. Il est l’élément moteur de l’apparence du pain. Plus de volume rend le pain attractif.

Il joue le rôle d’une chambre à air, permettant d’emprisonner une quantité supérieure de l’air ambiant, et le conserve jusqu’au four. Il joue le rôle de colorant naturel pour rendre sa croûte ambrée, dorée à souhait, tout en conservant le moelleux de la mie.

Enfin, au four où le pain a tendance à perdre de son humidité interne du fait de la chaleur, il développe ses arômes et sa conservation.

Adopter les améliorants de la CFIA revient à faire le choix de la qualité et de l’expertise internationalement reconnue et appréciée.

Les BEST SELLERS de la CFIA :

- RMX 260W4 Incorporation 0,300 à 0,500%

- RMX 260W5 Incorporation 0,300 à 0,500%

- RMX 260W6 Incorporation 0,300 à 0,500%

- RMX 260W9 Incorporation 0,300 à 0,500%